Site de Bastogne

Outils personnels

Navigation

Navigation

Séance du 30 juillet 2020

Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Vie politique / Conseil communal / Séances du Conseil communal / Séances 2020 / Séance du 30 juillet 2020
Menu de navigation
Actions sur le document

PROCES-VERBAL DE LA SÉANCE DU 30 juillet 2020

Présents : MM. Benoît LUTGEN, Bourgmestre-Président ;
Philippe COLLIGNON, Melle Coralie BONNET, Mme Françoise WELES-GEORGES, Bertrand MOINET et Mme Karin STILMANT - Échevins ;
Melle Gaëlle FALISSE, Jean-Pol BESSELING, Philippe LEPINOIS, Alexis DELSALLE, Mme Cindy COBRAIVILLE, Jacques LOUIS, Ludovic MOINET, Mme Carine DE GREEF, Stany ROSSION, Michel STAES, Nicolas GERARDY, Frédéric LAMBERT, Florian BAIKRICH et Melle Aude HENRION - Conseillers ;

Kévin GUEIBE - Directeur général.

Excusés : Ziad EL HUSSEINI, Philippe DOUCET, Melle Jessica MAYON, Frédéric  WELSCHEN et Melle Chloé MAUXHIN.

La séance publique est ouverte à 19 h 00'.

Messieurs Philippe COLLIGNON, Premier Echevin et Jean-Michel GASPART, Président du CPAS, rendent hommage à Monsieur Guy LUTGEN, ancien Bourgmestre de Bastogne, décédé le 26 juillet 2020.

Monsieur Michel STAES, Chef de file du Groupe des Citoyens + s’associe à cet hommage.

Monsieur COLLIGNON,

Monsieur GASPART,

Monsieur le Bourgmestre, chers collègues du Collège et du Conseil,

Il me revient l’honneur de saluer ce soir la mémoire d’un grand, d’un très grand Bastognard, un acteur politique de premier plan qui aura marqué d’une empreinte indélébile l’histoire de la Wallonie et l’histoire de notre Ville.

Ce privilège m’échoit car j’ai eu la chance de faire partie de ce conseil sous la houlette de Guy Lutgen, période de jonction entre les deux siècles.

Guy Lutgen a ceint l’écharpe de mayeur de Bastogne en janvier 1977. Une ville nouvelle venait de naître, enrichie, grâce à la fusion, de quatre communes rurales : Wardin, Longvilly, Noville et Villers-La-Bonne-Eau, et l’ensemble des villages que vous connaissez

Une ville et des villages, donc. Mais une seule communauté de vie. J’ai eu ce bonheur, même si je n’étais pas là au début, de participer à la construction, car c’en était une, du Bastogne que nous connaissons aujourd’hui : une commune dynamique, renommée, où il fait bon vivre. Où chaque village a pu garder son cœur et sa mémoire.

Depuis le décès de Guy Lutgen, le 26 juillet, des gerbes d’hommages ont fleuri dans la presse et dans les témoignages de citoyens souvent attristés, tous vibrants de gratitude.

Tant le Ministre que le Bourgmestre Lutgen fut un homme estimé et respecté. Il haïssait les faux-semblants. Nourri de fortes convictions, il faisait partie de ces responsables ancrés dans des valeurs immuables : la loyauté, la fierté de ses racines. Pour eux, quel que soit le parti qu’ils représentent, il n’y a pas besoin de long discours pour sceller un accord. Une poignée de mains suffit.

Que dire de plus dans ces lieux que ce « monument » emplissait de sa puissance, de son charisme, de ses élans ? Monument est le premier mot qui me vient à l’esprit tant il impressionnait par sa stature. Bastogne littéralement l’habitait.

Celles et ceux qui font vivre et animent le Bastogne d’aujourd’hui étaient trop jeunes à la fin du siècle dernier - ou pas encore arrivés ! - pour apprécier comment notre ville, leur ville s’est transformée grâce à Guy Lutgen.

Car il faut le dire, le souligner avec force, si Bastogne a forgé cette belle réputation de ville attractive, c’est en grande partie à l’action de Guy Lutgen qu’elle le doit. Son action a couvert quatre législatures. Quasi un quart de siècle.

Un mot éclaire cette action, cet engagement : celui de « visionnaire ».

On a salué à juste titre le bâtisseur, le bourgmestre pragmatique qui ne pouvait pas imaginer construire une ville efficace sans lui donner d’abord des fondations solides et des outils adéquats. Son mot-clé : la qualité.

Enseignant lui-même, il a d’emblée insisté sur la nécessité d’investir dans l’enseignement communal pour disposer d’écoles performantes. On peut citer le développement de l’ICET comme référence. Notre enseignement technique est réputé : c’était pour lui une grande fierté.

Sensible au monde rural, il a développé, en appoint du remembrement des terres, un maillage de chemins agricoles asphaltés qui sont un modèle du genre. Mis bout à bout, ils permettraient de joindre Bastogne à Lyon !

Voilà pour les fondations, indispensables à tout projet de développement. Oserais-je le dire ? C’est de l’ordre de la mission de base.

Mais il y a mieux et il y a plus : sa vision. Guy Lutgen n’avait pas besoin de mode d’emploi. Sa ville du futur correspondait à un puzzle dont il emboitait les pièces avant les autres.

Il avait vite compris que si Bastogne voulait développer un de ses principaux atouts, c’est-à-dire son pôle commercial, il fallait un aménagement propice : ce fut la transformation de la Grand Rue et l’interdiction d’octroyer des permis de bâtir à des surfaces trop grandes qui auraient freiné l’épanouissement d’enseignes plus spécialisées. Le spot actuellement diffusé sur la RTBF, présentant Bastogne comme la « galerie commerciale à ciel ouvert » en est une vivante illustration.

Titulaire des portefeuilles de l’Agriculture et de l’Environnement, Guy Lutgen a toujours veillé, en ardent défenseur de la ruralité, au maintien de l’équilibre entre ces deux matières, soulignant en cela le caractère pluridimensionnel et multifonctionnel de l’agriculture. C’est à cette époque que la Foire de Libramont a réellement pris son envol.

Ministre en avance sur son temps, il a fait bénéficier Bastogne de nouveautés qu’il lançait pour la Wallonie, comme les premiers parcs à conteneurs, il y a 30 ans, intégrés aujourd’hui dans notre paysage comme une évidence.

Comment oublier aussi la construction de la piscine de Bastogne et son hall sportif, ouverte en 1983, qui avait apporté à Bastogne et sa région une infrastructure sportive qui lui manquait depuis trop longtemps.

On lui doit également la création du bocage ardennais de Rachamps. La ruralité, c’est la solidarité avec la nature, le respect, le rapprochement entre les êtres. Il n’a jamais oublié d’où il venait, ce qu’il devait à Noville. Si le défi de la fusion fut relevé avec succès, c’est aussi grâce à ce que Guy Lutgen incarnait naturellement : la symbiose entre la ville et les villages.

Pas de nostalgie dans cette évocation. Au contraire. L’avenir est à la proximité, au retour aux valeurs de l’authenticité. Ce qu’il voulait préserver en fonction de ses propres critères est devenu une sorte de label de qualité, bien utile dans l’accueil des nouveaux habitants attirés par notre qualité de vie.

Visionnaire, Guy Lutgen était aussi un homme de cœur. Généreux, disponible, empathique et spontané avec ses concitoyens, quelle que fût leur situation, il ne trichait pas dans ses contacts. A la fois charmeur et à l’écoute, il avait ce don de mettre chaque interlocuteur immédiatement à l’aise.

Bien avant que le terme ne soit à la mode, on pouvait le qualifier de bienveillant, pour définir la perception positive, aiguisée de curiosité qu’il avait de la personne qu’il rencontrait pour la première fois. Il aimait les gens. Qui le lui rendaient bien, comme en témoignent ses scores électoraux.

Michel Cornelis, qui fut son secrétaire communal et son chef de cabinet, me souffle qu’il était bourgmestre du cœur et bourgmestre de la lumière. Une manière de dire qu’il donnait de l’espoir et de la motivation à beaucoup de personnes et pas seulement dans son entourage.

Combatif et déterminé dans la défense de ses dossiers, follement, intensément Ardennais dans son caractère, Guy Lutgen avait la ténacité d’un sportif qui « ne lâche rien », sans trahir ses convictions. Cela me fait parfois penser à quelqu’un.

Sensible aux difficultés des autres, il défendit avec force des soins de santé de qualité et de proximité pour tous les Bastognards.

Monsieur le Bourgmestre, mes chers collègues du Collège et du Conseil, vous aurez compris que je salue un homme, un maître, un humaniste qui m’a beaucoup appris. C’était un excellent guide. Il montrait le chemin avec rigueur et une grande ouverture d’esprit.

Rappeler la carrière et l’influence d’une personne aussi engagée que Guy Lutgen ne pourrait se conclure sans évoquer les blessures que tout homme, toute femme politique peut connaître dans sa vie intime.

Personne, si puissant soit-il, n’est à l’abri des épreuves de la vie. Guy Lutgen n’a pas été épargné par les coups du sort.

Il a réagi avec courage, pudeur et dignité.

Cher Benoît, cet homme-là, ton père, restera pour toujours un exemple, un phare pour les nuits de doute et d’incertitude.

Je vous remercie.

1.    Procès-verbal de la séance antérieure – Approbation.

Le Conseil communal siégeant en séance publique,

Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et notamment son article L 1122-16;

Vu le règlement d'ordre intérieur voté par le Conseil communal le 13 novembre 2013 et notamment ses articles 46 à 49 relatifs au contenu et à l'approbation du procès-verbal des réunions du Conseil communal ;

Attendu que le procès-verbal de la réunion du 13 juillet 2020 a été déposé au Secrétariat durant la période de consultation des dossiers et mis à la disposition des membres du Conseil communal qui souhaitaient en prendre connaissance;

Attendu qu'à l'ouverture de la séance, à la question posée par le président de savoir s'il y avait des réclamations quant à la rédaction du procès-verbal, aucune observation n’a été soulevée;

DECIDE à l'unanimité :

D'approuver le procès-verbal de la séance du Conseil communal du 13 juillet 2020.

2.    Ordonnances de police – Confirmation.

Le Conseil communal siégeant en séance publique,

DECIDE à l'unanimité :

De confirmer les ordonnances de Police prises par le Bourgmestre à partir du 6 juillet 2020 jusqu'au 22 juillet 2020.

3.    Financement des investissements extraordinaires 2020 – Marché public conjoint Commune/CPAS.

a)    Approbation du cahier spécial des charges.

b)    Choix du mode de passation du marché.

Le Conseil communal siégeant en séance publique,

Vu le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et ses modifications ultérieures, notamment l'article L1222-3 §1 relatif aux compétences du Conseil communal, et les articles L3111-1 et suivants relatifs à la tutelle ;

Vu que la loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics ne concerne plus les marchés de services financiers et, particulièrement, les marchés relatifs aux emprunts ;

Vu que, malgré l'exclusion de ces marchés du champ d'application de la loi, le pouvoir adjudicateur est tenu de respecter certaines règles en vue de désigner l'opérateur, notamment le principe d'égalité, de non-discrimination et de motivation ;

Considérant que le montant estimé du marché s'élève à 1.543.601,77 euros dont 190.398,33 euros pour le CPAS et 1.353.203,44 € pour la Commune ;

Considérant le cahier des charges conjoint établi ;

Considérant qu'il est proposé de passer le marché par procédure négociée sans publication préalable ;

Considérant que les crédits permettant ces emprunts sont inscrits au budget extraordinaire de l’exercice 2020, ainsi que dans les modifications budgétaires pour la Commune et le CPAS ;

Considérant l’avis de légalité des Directrices financières ;

DECIDE à l'unanimité :

Article 1 : Il sera passé un marché ayant pour objet la conclusion d’un programme annuel d’emprunts pour le financement des dépenses extraordinaires de la Commune et du CPAS pour l’exercice 2020 ainsi que les services y relatifs. Le montant estimé s'élève à 1.543.601,77 euros.

Art. 2 : De choisir la procédure négociée sans publication préalable comme mode de passation du marché.

Art. 3 : Les conditions du marché sont fixées selon le cahier spécial des charges annexé à la présente décision.

4.    Subsides exceptionnels- Octroi.

Le Conseil communal siégeant en séance publique,

Vu les articles L3331-1 et suivants du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation relatifs à l'octroi et au contrôle des subventions octroyées par les communes ;

Vu la circulaire ministérielle du 30 mai 2013 portant sur le même objet ;

Attendu que les subventions sollicitées sont de nature à promouvoir l'intérêt général et à satisfaire aux besoins de la population de la commune de Bastogne ;

Vu les frais engendrés par ces différentes organisations ou manifestations ;

Vu les crédits budgétaires prévus au budget 2020 ;

DECIDE l'unanimité :

D’octroyer des subsides exceptionnels pour un montant total de 6.500,00 euros aux associations suivantes :

  1. 762/33202 – Subsides Culture – Crédit disponible : 14.370 euros
  • Comité jumelage Reims : 500 euros
  • Comité jumelage Voie de la Liberté : 500 euros
  • Comité jumelage Périers : 2.500 euros
  • Comité jumelage Tulette : 2.500 euros
  • Et Si La Musique : 500 euros
     

Point en urgence.

1.    Parc Naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier – Assemblée générale ordinaire – Ordre du jour – Approbation.

L’urgence est acceptée à l’unanimité et à l’unanimité le point est inscrit à l’ordre du jour.

Le Conseil communal siégeant en séance publique,

Vu la convocation adressée le 17 juillet 2020 par l’Intercommunale Parc Naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier aux fins de participer à l’Assemblée générale ordinaire qui se tiendra le mardi 8 septembre 2020 à 20 heures, à la Salle PISQ, rue Sous les Berges du Bi, 2 à Sibret ;

Vu les articles L1523-2 et L1523-12 § 1 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation et les statuts de cette intercommunale ;

Vu les documents de travail annexés à la susdite convocation, relatifs aux différents points inscrits à l’ordre du jour :

  1. Approbation du procès-verbal de la réunion de 3/12/2019,
  2. Remplacement des représentants de la commune de Neufchâteau à l'AG et au CA du Parc Naturel, remplacement d'un représentant de la Commune de Bastogne à l'AG du Parc Naturel,
  3. Présentation du rapport d'activités 2019,
  4. Présentation des comptes 2019,
  5. Rapport du Commissaire Réviseur
  6. Décharge au Réviseur,
  7. Décharge aux administrateurs,
  8. Modifications statutaires (mise en conformité CSA),
  9. Divers

Vu l'urgence,

DECIDE à l'unanimité :

De marquer son accord sur les différents points inscrits à l’ordre du jour de l’Assemblée générale ordinaire de l’Intercommunale Parc Naturel Haute Sûre et Forêt d’Anlier qui se tiendra le mardi 8 septembre 2020 à 20 heures, à la Salle PISQ, rue Sous les Berges du Bi, 2 à Sibret, tels qu’ils sont repris dans la convocation, et sur les propositions de décision y afférentes.

De charger les délégués désignés pour représenter la Commune de Bastogne par décision du Conseil communal du 25 février 2019 et du 24 juin 2020 de rapporter la présente délibération telle quelle à l’Assemblée générale ordinaire du 8 septembre 2020.

De charger le Collège communal de veiller à l'exécution de la présente délibération.

De transmettre la présente délibération :

  • à l’intercommunale précitée,
  • au Ministre régional ayant la tutelle sur les intercommunales dans ses attributions.

  
   La séance publique est levée à 19 h 22'.

Par le Conseil,

Le Secrétaire,

 

Le Président,

Kévin GUEIBE.

 

Benoît LUTGEN.